Section préparatoire aux études d'infirmières
Section infirmières brevetées orientation santé mentale et psychiatrie
Une école familiale, à votre écoute
UN PLUS POUR VOTRE AVENIR PROFESSIONNEL

Ecole d'infirmier(e)s Ave Maria

Un plus pour votre avenir professionnel

La participation impose à chacun d’être conscient de ses droits, obligations, responsabilités.

«  Ce qui commence est déjà ce qui dure.  Il y a comme une braise dans les fruits, un feu frais sous chaque feuille ; tous les projets sont possibles. » (Jacques Ancet)



 1.IDENTIFICATION.

 

    L’Ecole Ave Maria A.S.B.L. n° 282, matricule 251.9.236.014, a son siège social à 5002 Saint-Servais (Namur), 205 rue de Bricgniot.

 

    Deux implantations :

 

                        - 5002 Saint-Servais (Namur), 205 rue de Bricgniot


                          (Tél. : 081/73.12.34 ; fax : 081/74.17.03) ;

 

                        - 7000 Mons, 2 Drève du Prophète


                          (Tél. : 065/35.46.10 et fax 065/36 34 85 ).


 Les deux implantations de caractère familial se trouvent dans un environnement aéré, hors  de la ville, propice à la concentration et à la détente en dehors des cours

 

   Etudes organisées 

 

                        * 7ème professionnelle préparatoire : - au jury d’Etat (A2) d’accès aux études d’infirmier(e) hospitalières

                        * 3 années d’enseignement professionnel secondaire complémentaire (4e degré)  d’infirmier(e) hospitalier(e), orientation  

                             santé mentale et psychiatrie 

    N.B. : au terme de la 1ère année, les étudiant(e)s venant de 6ème année d’une section professionnelle obtiennent le C.E.S.S.


  Population scolaire.

La population mixte : 26 % garçons, 74 % filles, représente 483 élèves en janvier 2014

L’âge varie de 17 ans (= condition d’accès en préparatoire) à environ 45 ans

Le public est varié tant au point de vue de l’âge que de la situation familiale, ou de la condition sociale ou économique.  De plus, le brassage de races, de cultures et de religions enrichit notre population : - à Saint-Servais : Belges, Africains, Français, Turcs, Marocains, Algériens, …

L’école a toujours été attentive à donner à chacun les meilleures chances d’aboutir à son projet personnel, quelle que soit la situation individuelle au départ.

C’est ainsi que nous accueillons, outre des étudiants « classiques », des étudiants :

 1. exclus de l’enseignement par : - leur manque de motivation à l’adolescence,.

                                                  - leur situation de vie sociale (familiale ou autre) ne leur     

                                                    ayant pas permis de rester dans le circuit scolaire ;

2. exclus socialement de la société : bénéficiaires du revenu d’intégration sociale, étrangers réfugiés politiques, sans  ressources 

3. exclus du circuit de travail : chômeurs..

4. provenant du circuit du travail mais bénéficiant d’un projet 600

 

Cette population riche de son expérience de vie apporte aux autres élèves, et même aux enseignants, une richesse de contact, de réalisme, d’authenticité qui en général motive l’équipe dans le projet de réussite de vie plus individuel de chaque élève.


Vu la population scolaire, le type d’études et le projet éducatif et pédagogique de notre institution, de nombreuses actions sont déjà mises en œuvre dans la pratique journalière

L’adhésion des professeurs à la démarche globale de l’école mène à des réalisations ponctuelles, individuelles ou globales tendant à rendre confiance, à motiver l’étudiant(e), à chercher un sens dans sa vie, à trouver les moyens de se réaliser dans une perspective optimiste,  ouverte sur son avenir, et celui de la société dans laquelle il doit s’intégrer.


 

II. ACTIONS EN PLACE.

 

    Il est impossible de faire l’inventaire exhaustif des actions déjà réalisées.  Elles varient selon les difficultés du moment, la motivation, le site, l’ambiance des classes, etc.  Nous ne retiendrons que les actions principales et l’esprit ou le sens de leurs applications.

 

  ACTION PEDAGOGIQUE.

 

A. En section préparatoire au jury d’Etat (A2).

 

            1. Rythme différencié et remédiation.

 

                Le niveau des étudiants étant très inégal, une reprise des éléments de base est faite dans chaque cours afin de ne pas repartir sur des seuils non atteints.

 

                Un travail à rythme différencié s’établit tout au long de l’année scolaire en fonction des compétences de base, de l’évolution de l’élève et des objectifs finaux de formation.  Des remédiations proposées par les professeurs permettent à chacun d’atteindre son but.

 

                Les professeurs convient les élèves à renforcer leurs connaissances, à remédier à leurs lacunes et à parfaire leurs méthodes pendant les cours, mais aussi lors de congés, soirées, temps creux.

 

            2. Parrainage.

 

En début d’année scolaire, chaque professeur parraine quelques élèves.  Une première interview individuelle met en évidence le niveau de formation, de motivation, les difficultés à vaincre, les adaptations à trouver.  Une évaluation est trimestriellement réalisée, avec proposition de remédiation aux lacunes.

 

                Si l’élève s’absente ou semble se démotiver, le professeur parrain prend contact avec lui, sa famille ou le centre social, et envisage le suivi.

 

      B. En section « soins infirmiers ».

 

      Les méthodes utilisées tendent à se baser sur la pratique pour déduire la théorie.

 

      Une priorité est donnée à l’accompagnement des étudiant(e)s dans les lieux de stage.

      Un carnet de stage (orderbook) permet de suivre l’évolution de l’étudiant et d’organiser

      d’éventuelles remédiations au cours des stages ultérieurs.

      Les infirmier(e)s-professeurs exercent des pratiques de soins toujours liées à une    

     démarche théorique d’observation, de collecte des données, d’analyse des problèmes et des  

     actions à planifier.  Les professeurs établissent des critères et analysent avec l’étudiant(e)

     la qualité de son travail.  L’évaluation est formative.          

     Une mise en situation d’apprentissage est organisée pour les étudiants de première ;

     situation qui reproduit un examen pratique certificatif. Chaque élève peut alors bénéficier

     d’un suivi individuel et remédier pour aborder sereinement l’examen final.

     Des conseils de classe permettent d’établir des bilans d’évolution, des propositions de

     remédiation avant l’évaluation certificative finale.

     Lors des cours, les évaluations sont formatives ou certificatives à l’appréciation du

      professeur.

     La pédagogie est axée sur les compétences et la mise en situation d’apprentissage.

 

ACTION SOCIALE.

 

      1. Contrat.

 

          Il n’est pas rare d’établir un contrat avec l’étudiant avant ou en cours d’année si la stimulation est nécessaire.  Par exemple : contrat-partenariat  (élève, C.P.A.S., professeur et direction), ou contrat élève-professeur-direction.

 

          Une réflexion sur les éventuels avantages sociaux dont bénéficie l’étudiant(e) tentera de rappeler la responsabilité face à la société (débiteur, cf. C.P.A.S., chômage, allocations familiales).

 

      2. Accompagnement.

 

         Outre le rôle pédagogique, chaque membre de l’équipe pédagogique (surveillant(e)s, professeurs et direction) veille à détecter les indices de décrochage, de difficultés personnelles, de découragement.  Une aide sera assurée avec recherche de solutions si nécessaire.

 

          Il y a mise en place d’un titulariat sur les deux sites

 

         Une assistante sociale est à la disposition des élèves dans les 2 implantations

 

Un partenariat avec les centres PMS, PSE, de guidance… est organisé si besoin.

 

          Lors des conseils de classe, on évalue systématiquement et individuellement l’évolution de chaque élève par rapport à son groupe.  Des remédiations ou accompagnements sont prévus si nécessaire.

A la fin du premier stage de première année en section infirmière, le CPMS vient réaliser un debriefing avec les étudiants en classe

Une caisse sociale existe et l’école intervient sur demande de l’étudiante après examen du dossier par l’assistante sociale et la direction de l’établissement.

 

      3. Banque-emploi.

 

          Une collecte d’offres d’emploi ou de jobs permet aux jeunes de se garantir un emploi ou de changer après un premier engagement.  Les jobs offerts aident l’élève dans la prise en charge financière de ses études.

 

ACTION PASTORALE.

 

     Les animations pastorales veillent à tenir compte des origines, des religions et des cultures des jeunes.

 

     C’est aussi dans l’attitude individuelle de chacun que le message évangélique peut passer.

 

ACTION CULTURELLE.

 

     Par le type de formation organisée, il n’est pas évident de prévoir beaucoup d’activités culturelles.

Toutefois, une sortie culturelle annuelle est prévue par année et par section, en gage d’ouverture vers des disciplines et approches différentes.

Visites de différents musées (Hôpital Notre Dame à la Rose, Musée de la psychiatrie,…) et villes (Bruxelles, Paris, Amsterdam,…), voyage d’agrément et de détente à la côte belge

Ces voyages sont obligatoires puisqu’organisés dans le cadre scolaire. En cas de difficulté financière, la caisse sociale de l’école peut intervenir pour aider l’étudiant.

 

III. OBJECTIFS PRIORITAIRES.

 

Nos objectifs prioritaires visent l’ouverture.

 

Il ne s’agit nullement d’une nouveauté puisque l’équipe professorale s’est toujours voulue ouverte à tous et particulièrement aux personnes défavorisées, avec charge de famille, assistées socialement (bénéficiaires du revenu d’intégration sociale, chômeurs).  Ce choix est d’ailleurs en harmonie avec le projet éducatif du Pouvoir Organisateur.

L’accueil des jeunes ayant décroché de l’enseignement s’ouvre principalement sur l’année préparatoire aux jurys d’Etat, qui ouvre des perspectives uniques de réinsertion.

 

Cette ouverture, nous la souhaitons grâce à :

 

            * l’accueil de chacun : - dans sa personne,                          Projet d’accueil  

                                                - dans son milieu social,           

                                                - dans ses croyances ;                      Projet pastoral

 

            * la transparence : - dans l’information,                       Projet pédagogique

                                          - l’évaluation ;                                   d’évaluation

 

            * la (re)motivation : - l’encouragement,                        Projet social

                                             - la responsabilisation ;

 

            * le regard vers l’extérieur                                          Projet culturel

 

            *  l’esprit démocratique                                               Projet de libre

                                                                                                  expression  

 

            * le respect de soi et des autres                                Projet Santé

 

 

A. PROJET SOCIAL ET D’ACCUEIL.

 

     «  Il faut œuvrer pour que la vie humaine, au-delà des races, langues et pays puisse être vécue comme si elle était poésie » (Adonis)


Objectifs :

 

             Responsabiliser chacun à sa propre évolution, mais aussi solidairement à celle de ses coéquipiers et des autres intervenants.

 

              Favoriser l’estime de soi est une condition pour mener à bien l’apprentissage.

                 Etre respecté, aimé pour lui-même permet à l’étudiant d’accroître ses compétences   sociales et professionnelles.  L’accueil  de     l’étudiant en tant que personne unique, valable ayant ses caractéristiques et ses difficultés propres, est source de renforcement, d’évolution.

 

                 La richesse de notre milieu de vie scolaire se caractérise par :

 

                        - l’ouverture large au point de vue de l’âge (de 17 à environ 45 ans),

                        - la situation sociale et familiale souvent perturbée,

                        - l’accueil à toute nationalité,

                        - la motivation  des professeurs,

                        - des étudiants ouverts à la communication,

                        - du personnel éducatif attentif,

                        - un cadre de vie favorable par les espaces verts environnants.

 

                 Cette richesse est à maintenir et à renforcer.

    

              Créer un contexte relationnel d’écoute, de respect, de valorisation et de confiance

 

Préparatoire.


    Constat :

 

     Les études préparatoires rassemblent des étudiants généralement en décrochage scolaire ayant besoin d’être motivés, valorisés en permanence afin de les amener au but (jury),

     mais aussi de leur faire croire en leurs capacités.

 

    Actions proposées :

 

- parrainage des étudiants par les professeurs responsables du suivi, contact avec l’étudiant en difficulté, avec la famille, avec les services sociaux ;

 - mise en place d’un titulariat et d’un conseil d’élève

 - maintien du dynamisme du groupe : * souci de l’absent  à contact,   

                                                                         * remédiation ;

 - réaffirmation de soi par : * l’encouragement

                                           * l’utilisation de méthodes actives

                                           * l’évolution individuelle, un rythme différencié ;

  - organisation des programmes : reprise au B.a.-ba pour favoriser l’intégration de tous ;

 - organisation des horaires favorisant le rythme différencié et les remédiations.

 

Soins infirmiers.


    Constat :

 

            De nombreux étudiants assument des charges familiales (couple-enfants) et économiques (travail de soir, week-end, vacances) en plus de leurs cours de plein exercice.  D’autres, étrangers, doivent s’adapter à la vie de notre société, amis aussi à notre climat, notre mode de vie et de pensée.

 

            La formation en stage est très contraignante et fatigante dans la vie d’un étudiant.

 

            L’approche de la souffrance du patient rencontré lors des stages, de l’enfant à la personne âgée, provoque chez le jeune une remise en question permanente aux niveaux personnel, éthique, psychologique.

 

    Actions proposées :

- réflexion, lors d’un séminaire, sur la motivation à entamer des études d’infirmier(e) ;

- écoute de chacun dans les joies et dans les difficultés lors des stages, afin de maintenir la motivation ;

- accompagnement individuel dans le cheminement et la maturation du  questionnement ainsi que dans l’apprentissage ;

- mise en place d’un titulariat par année d’étude

- Mise en place d’un conseil d’élève

- debriefing après le premier stage de première année

- formation et recyclage des professeurs.

- développement de stages à l’étranger dans un cadre autorisé par la Communauté Française et dans un souci d’ouverture socio- culturelle.(soins à domicile en 3ème)

 

B. PROJET PASTORAL.

 

Objectif :

            Accueillir l’autre avec ses richesses et ses fragilités, entrer dans un processus de tolérance aux différences, oser faire des choix, dire ses valeurs et se comporter en conséquence.

 

Constat :

            Les jeunes adaptent leurs croyances à leur vécu et aux influences du milieu. Ils sont réticents à des pressions et expriment volontiers leurs différences.

 

Actions proposées :

 

- célébrations intégrant des expressions de type africain (chants, danses), des lectures parallèles de l’Evangile et du Coran et par des chants appropriés au thème de la tolérance ;

 

- moments de réflexion axés sur la recherche du sens des valeurs, conformément au projet éducatif.

 

C. PROJET PEDAGOGIQUE ET D’EVALUATION.

 

Objectif :

 

            La transparence dans l’information comme dans les critères d’évaluation doivent répondre à un souci d’objectivité.

 

            Cette préoccupation est une priorité dans l’équipe pédagogique pour répondre à l’exigence des jeunes quant à la compréhension des compétences attendues.

 

            L’évaluation étant incontournable, il nous faut réfléchir et mettre tout en œuvre pour que, tout en répondant à une rigueur, le dialogue entre le formé et le formateur

permette de mettre au point des outils de formation afin de garantir un apprentissage optimum pour chacun.

 

 

Pour permettre à l’élève de progresser sereinement dans cet apprentissage, deux volets semblent essentiels : - l’information,

- l’évaluation et ses critères.

 

L’enseignant doit pouvoir définir les critères en fonction desquels les élèves seront évalués, dans un souci de dialogue et d’accompagnement plus individualisé. Pour cela, il veillera à actualiser ses compétences.

 

Constat :

 

- les évaluations sont généralement perçues par les élèves comme une situation de stress avec des conséquences irrémédiables ponctuées par des chiffres auxquels ils attribuent des importances variables ;

 

- l’incompréhension des attentes du professeur quant aux compétences provoque une instabilité chez l’étudiant qui, s’il ne réussit pas, a plus tendance à en rendre le professeur responsable. 

 

- afin que la qualité du travail du jeune mais aussi la qualité de formation de l’enseignant soit réévaluée et revalorisée, il apparaît indispensable de parfaire notre système, de continuer l’effort de clarté.

 

Actions :

 

- sensibiliser davantage le personnel à faire référence aux règlements en cas de litige avec un étudiant.

 

- Précision quant aux compétences à acquérir pour chaque cours ou stage, ainsi que les critères d’évaluation de chacun (critères formatifs et critères sommatifs) ;

 

- faire référence au référentiel des compétences établi par les EPSC

 

- analyse des compétences attendues à chaque étape et en fin de formation :

 

  1. concevoir un projet de soins (connaissances théoriques, livres de référence, …)
  2. mettre en œuvre les interventions de soins (capacité gestuelle et capacité de faire la relation entre l’action et la théorie, surtout lors des stages)
  3. assurer une communication professionnelle (attitude, communication, honnêteté,…)
  4. collaborer à la gestion des soins (travail interdisciplinaire, rapports de soins, …)
  5. s’engager dans son développement professionnel (sens des responsabilités, formation continuée,…)

                                                  

                                                                                                                                 

    1. construction d’un plan global de formation avec le soutien de le SeDESS, à partir du projet d’établissement.

     

    1. construction du plan de formation individualisé pour chaque membre du personnel.

     

D. PROJET CULTUREL.

 

Objectif :

 

Par l’animation de projets culturels :

- s’ouvrir au monde extérieur, à une culture  générale plus vaste,

            - établir une relation différente entre élèves, professeurs, et direction,

            - sortir du contexte hospitalier pour favoriser un équilibre personnel.

            - favoriser des moments de détente en compagnie des différents intervenants de l’école

 

Constat :

 

            Dans le cadre scolaire, peu d’occasions sont données aux jeunes d’être attentifs au monde par manque de temps (stages, cours intenses) et parce qu’ils sont peu sollicités à cet effort.

 

Actions proposées :

 

   - Voyages et visites sont organisés chaque année pour toutes les classes. (Paris, Amsterdam, Gant, Bruges, Londres, côte belge…)

 

E. PROJET LIBRE EXPRESSION

 

Le Décret «  Missions » du 24 juillet 1997 impose aux établissements d’enseignement la mise en place d’un conseil de participation. Nous y voyons divers objectifs :

    1. mettre l’établissement en projet collectif grâce au partenariat
    2. démocratiser l’autonomie de l’établissement
    3. assurer la transparence
    4. promouvoir des pratiques démocratiques (négociations, travail d’équipe)
    5. reconnaître en chacun un partenaire avec confiance et respect
    6. rendre chaque membre solidaire
    7. développer une culture de la responsabilité par un dialogue
    8. s’ouvrir à une société respectueuse de la personne

     

    Au départ, les états des lieux ont été réalisés dans différents domaines avec la participation de tous les acteurs de la communauté éducative.

     

    La participation des deux sites distants de 70 KM, avec des mentalités, une organisation, des souhaits différents constitue une difficulté supplémentaire.

     

    Après quelques années de fonctionnement, ce lieu de démocratisation de l’enseignement est à redynamiser.

     

    F. PROJET SANTE

     

    Nous axons aussi les cours de prévention et d’éducation à la santé sur la protection de l’environnement en sensibilisant les étudiants à la propreté (tris des déchets, utilisation des poubelles, …).

     

V. CONCLUSIONS.

 

La dynamique d’évolution, d’amélioration continue est un souci permanant des équipes de travail, une réflexion et une activation de tout le monde scolaire et de son environnement.

Le souci d’évolution repose sur une participation plus large avec les contraintes mais aussi les chances de stimulations

 

                                                                                 

 

                                                                                  « Si vous pouvez le rêver,

                                                                                     vous pouvez le faire »

 

                                                                                                          J.-F. Kennedy